Le Maroc célèbre la déclaration universelle des droits de l’Homme

0
20

« Permettez-moi de ne pas pouvoir vous répondre, je suis dans la salle d’embarquement pour mon voyage à New York. Sachez une chose, ma désignation en tant que lauréate du prix de l’ONU des droits de l’Homme est la consécration des efforts inlassables des militants des droits humains au Maroc depuis un demi-siècle. C’est la consécration également de l’AMDH que j’ai eu l’honneur de présider pendant presque dix ans (2004 à 2013). Ce n’est pour moi que le prélude à de nouvelles responsabilités en tant que militante pour la primauté du droit ».

Emue, l’ancienne présidente de l’AMDH, Khadija Ryadi, que nous avons contactée, lundi 9 décembre 2013, dans la matinée prenait son avion pour aller recevoir son prix au siège des Nations unies à New York.

Elle a été désignée femme de l’année 2013 pour les droits de l’Homme au côté du militant mauritanien contre l’esclavagisme, BiramDahAbeid ; la Kosovare et défenseur des droits de l’homme et activiste pour les personnes de petite taille, HiljmnijetaApuk ; la Finlandaise LiisaKauppinen, présidente émérite de la Fédération mondiale des sourds ; MalalaYousafzai, l’étudiante pakistanaise devenue un symbole pour les droits des jeunes femmes dans le monde.

READ  Forex - USD/JPY en hausse par rapport aux données économiques et aux bénéfices

Son prix, elle l’a eu en tant que coordinatrice d’un réseau associatif marocain dont l’objectif est de défendre les droits humains dans leur acception la plus large.

Contexte favorable

La distinction de Mme Ryadi intervient à l’occasion du 65ème anniversaire de la proclamation de la déclaration universelle des droits de l’Homme. Une occasion que les ONG des droits de l’Homme célèbrent en faisant le bilan de ce qui a été fait, des acquis et du chemin encore à parcourir.

C’est le cas par exemple de l’OMDH présidée par Dr Mohamed Nechnach qui a organisé, lundi 9 décembre 2013, une rencontre débat en présence de membres fondateurs et d’anciens présidents de l’organisation. Lors de cette cérémonie commémorant également le 25 anniversaire de sa création, M. Nechnach a souligné que « le Maroc a tourné la page de la détention arbitraire et de la disparition forcée et est devenu un modèle en matière de règlement des problématiques du passé liées aux droits de l’Homme »

READ  Forex - EUR/USD plombé par les risques grecs

Une déclaration au sujet de laquelle Menara.ma a voulu avoir plus de précision en contactant M. Nechnach. Celui-ci nous a signalé que « beaucoup de chemin a été fait. Il a fallu batailler dur pour qu’aujourd’hui, nous célébrions le 25 anniversaire de notre organisation dans un contexte nouveau et prometteur. Un contexte marqué par la ratification par le Maroc de la plupart des conventions et chartes internationales des droits de l’Homme. Les ONG des droits de l’Homme au Maroc sont responsables et savent juger les acquis et ce qui ne l’est pas encore. Nous refusons de tout dénigrer, en même temps nous ne disons pas que tout et rose  »

READ  Le réseau des femmes élues d'Afrique examine à Rabat sa vision et son plan d'action 2011-2012

Parmi les points à régler selon le président de l’OMDH, la mise en œuvre démocratique de la nouvelle Constitution et la lutte contre tout ce qui est de nature à nuire à l’image du Maroc dans ce domaine.

Vaste programme ? « Effectivement, mais le Maroc revient de loin. Il est même devenu un modèle à suivre en ce qui concerne le règlement des problématiques du passé. L’IER a toujours été citée comme exemple de par le monde »
S. Belhassan
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here